jeanmichelbasquiat.
29.10.10 // 20:30

c’est étrange comme les toiles qui m’ont le plus touchée n’étaient pas du tout celles que j’avais tant fantasmées, admirées sur papier glacé — au contraire. mes yeux se sont mouillés devant le tableau le plus abstrait, un rond rouge, de la peinture noire, la violence d’un geste.

et le dernier aussi,
pegasus.


4m05s.
29.10.10 // 12:57

mets ton casque, et frissonne.


tangbrothers.
25.10.10 // 18:18

le 17 octobre, j’ai passé la seine. je veux dire, pour y vivre. je suis désormais rive gauche à tendance tramway, j’habite le 13e.

en coloc’, dans un grand appart tout propre, bien chauffé, bien isolé, avec une grande salle de bains et une douche où on peut tenir à 4-5, une grande cuisine où on peut prendre le petit-déj et faire à manger pour de vrai, un salon avec une télé et toutes les chaînes et même une table pour inviter des gens (ou travailler en fait, parce qu’on n’a pas encore installé de bureau dans sa chambre). et pour pas cher, et avec une chouette coloc’ que je vais essayer de pas trop faire chier dès que j’ai un bobo parce qu’elle fait médecine.

et franchement, j’ai beau être loin des gens que j’aime et des endroits où je sors, quand je vois l’état et le loyer des apparts rive droite, je suis bien contente.

non mais je sais que ça fait rire les non-parisiens cette histoire de rive, moi-même en tant que fausse parisienne jadis je me moquais, mais psychologiquement ça fait un truc de passer ce putain de fleuve. mon premier appart, que des copines parties au québec nous avaient laissé, était à montrouge, et j’étudiais dans le marais. marcher 15 minutes jusque porte d’orléans, la puanteur du périph dans les narines au réveil, la ligne 4, 42°C en hiver, enjoy. ensuite j’ai fait st ambroise, château landon, avron, gambetta, et je suis partie à montréal. et à mon retour, pendant deux mois, j’ai squatté chez des copains en vacances ; ledru-rollin, bastille, jaurès. rentrer à pied ou prendre le métro pour 4-5 stations, c’était chouette. maintenant c’est une autre histoire, je vais pas remonter à parmentier juste pour boire une bière vite fait ou rentrer souvent en taxi parce qu’il n’y a plus de métro. ou alors j’irai dormir chez lui. eheh.

mais

my monop’ is bigger than yours, bitches.


tryme.
20.10.10 // 00:55

i will never be an old man. to me, old age is fifteen years older than i am.
–bernard baruch

{ego}


thesongoflunch
18.10.10 // 23:53

“in 2009, christopher reid’s narrative poem ‘the song of lunch’ was published.
this film is a dramatic realisation of that work.”


whatineed.
18.10.10 // 14:46


righthererightnow.
15.10.10 // 10:07

laissez-moi tranquille, je viens de mettre un terme à trois années (et quelques) de célibat, alors j’ai bien le droit d’abandonner un peu ce blog.

et partir au bord de la mer avec les gens du travail.
et ne pas retourner à montréal ou partir à berlin parce qu’il y a des propositions qui ne se refusent pas.

[bientôt, une nouvelle compile]

un peu de bonheur made in notre pourvoyeur officiel à tous, la soirée de poche des morning benders, où on avait tous très, très chaud.

sinon, la meilleure blague sur les mineurs chiliens c’est à un fan de lost qu’on la doit :
Justin_Stangel: Some time in the future all 33 Chilean miners will find each other and say, “We have to go back”


paris2010.
1.10.10 // 12:18

quand je lui ai tendu l’ordonnance pour ma pilule, la pharmacienne a dit “elle est pas remboursée, j’espère”.

(pourtant elle m’a filé le générique)

j’ai même pas su quoi répondre.